Place des arts, association culturelle

logo_PDA_facebook.jpgPlace des Arts ce sont des livres, des CD, des DVD à emprunter, et aussi de la VOD, de la musique en ligne, des concerts, des dédicaces, du théâtre  ! Tout ça pour 25 euros par an !
Désormais le paiement en ligne est possible sur le site sécurisé.

 


  • Adhérez !
  • L’adhésion est de valable pour douze mois et ne coute que 25€

    Elle vous permet d'accéder à tout un ensemble de plaisirs culturels, parmi lesquels :

    • Vidéo à distance (VOD) : possibilité de visionner à domicile sur votre ordinateur ou votre téléviseur connecté sept films par mois (en savoir plus).
    • Musique en ligne : sur ordinateurs, tablettes et smartphones profitez du vaste catalogue de la plateforme MusicMe pro (en savoir plus)
    • Emprunt de livres : littérature française et étrangère, policiers et science-fiction, bandes dessinées enfants et adultes, livres pour enfants et adolescents, guides de voyages, e-book sur liseuses…
    • Emprunt de CD : musique classique, jazz, pop-rock, blues, labels indépendants…
    • Emprunt de DVD :comédies, drames, science-fiction, biopics, horreur, documentaires, dessins animés
    • Billetterie : bénéficiez de tarifs réduits sur certains spectacles : Opéra de Paris, la Philharmonie de Paris
    • Séances de dédicaces : soyez invité pour rencontrer des auteurs (écrivains, auteurs de BD, musiciens...) qui vous dédicaceront leurs œuvres

    Pour adhérer, remplissez ce formulaire avec vos coordonnés en réglant les 25€ de la cotisation annuelle par carte bancaire (via un site sécurisé de la Caisse des dépôts et consignation) [Nouvel adhérent, laissez vide la case N° d'adhérent]


  • Infos pratiques
Retour à l'accueil

Concours de poésie 2018 - les poèmes reçus

Vous trouverez dans cette rubrique l’ensemble des 49 poèmes reçus, y compris ceux hors concours (car n'ayant pas respecté le réglement du concours).

Pour faciliter la découverte, les poèmes sont présentés en deux pages.

Page 1Page 2

Bonne lecture !


Printemps des poetes 2018

Poèmes reçus : page 1

Nos soldats...

Nos soldats

Ils sont partis au combat avec espoir

Ils ont vécus les heures noires de notre histoire

Ils y ont mis leur force, leur sueur, parfois leur vie

Ils resteront toujours vivants dans nos esprits

Remercions-les, aujourd’hui, d’y avoir mis tant d’ardeur

Ils nous ont permis d’avoir une vie meilleure

Rien n’est gagné, tout est fragile

Dans ce monde fou et en péril

Martine NEHLICH


Tu es là...

Tu es là !...

Feux follets, tisons de mon cœur,

Mes joues rougeoient, mes tempes battent.

Et je cours à perdre haleine,

Chamade à l'âme, à corps perdu.

Et je tremble, perds pieds, me noie,

Le sang perle, gouttes de peur.

Je suffoque et je pleure, enfin,

Au loin, je te vois, tu es là !..

Alexandre GALLO


Ardeurs...

Ardeurs… et que l’heure dure

Dans l’ombre se mêlent sueur et luxure

La blanche Vénus de Verlaine aux reflets argentés

Illumine ce moment que nous souhaiterions figer

Enlacés, nous laissons parler nos cœurs

Imbriqués, nous laissons aller nos corps

Alors que l’éclat opalin du divin astre se meurt

Communions et que dure l’heure…

David LAMOUR


L'art...

L'art n'a pas d'heure

Pour montrer son ardeur.

L'amour non plus,

Pour ses fruits défendus.

L'hardi bonheur

Se gagne en sueurs,

Se perd parfois en route,

Mais gagne coûte que coûte

Frédéric REY


L'ardeur

L'ardeur

J'ai 444 départs de feu dans la tête.

La raison est une goutte d'eau qui attise les idées brûlantes

au lieu de les éteindre.

Soudain, l'inspiration prend, tout s'embrase dans mon cortex préféré.

Alors, le poème que tu lis actuellement

se penche à mon oreille

et me susurre,

tranquille comme un sadique : « -L'ardeur, joli sujet, non ? ».

Éric Delandre


Poésie durable...

Poésie durable ?

Un arbre est mort, abattu pour du papier,

Pour imprimer un poète déraciné

Qui rêvait de vers libres

Entre deux inter rimes ;

Un poète est mort, près du noyer,

Il n’avait pas pied,

Une fois en terre, il a grouillé de vers,

Puis des feuilles, lentement, l’ont recouvert.

Gilles DUMONT


Quel est ce...

Quel est ce corps qui gesticule ?

Sûrement un esprit rebelle,

Agité, même sous canicule.

Mais, le jeu en vaut la chandelle.

Encore un effort LE NERVEUX.

Pourtant, de cette danse folle,

On entrevoit une aille puis deux.

Et, petit papillon s’envole.

Mikaël GUENNOU


Amour carnivore

Amour carnivore

Notre rencontre était chouette autour d’une andouillette

La vie est légère et peu chère, amoureux d’une boucherie

Ton père charcutier était bon, il me coupait mon saucisson

Partant pour les pouilles, nous mangions de l’andouille

Pour ma fête, tu me ramenais du fromage de tête

Mais je suis raplapla comme du cervelas

Car tu m’as trahi pour un gros salami

Cet amour crétin a fini en eau de boudin

Jean-Paul KIRIANOFF


L'ardeur monte en toi

L'ardeur monte en toi. Comme le feu qui crépite puis s'embrase, sa chaleur t'envahit. L'ardeur s'empare de toi, te brûle et t'emmène au-delà de ses flammes.

Le cœur est là, le désir t'emballe, l'amour est ton guide. Mais attention, tu te consumes, trop d'ardeur te rend avide et tu t'emportes. Ta vitalité s'est muée en fièvre, ton désir en convoitise. Tu es ambitieux et fanatique. Le feu de l'enfer a possédé le feu sacré, les poussières d'or sont maintenant pluie de cailloux, tu grimpes sur un volcan.

Ou sont passées les bulles de lumière qui précédaient tes pas toi léger comme un papillon? Tu cherches tes ailes, tu chauffes, tu brûles et ne les trouves pas. Mais retourne-toi ! elle était là !

Sophie MILLAS


Ardeur

Ardeur

Il est des mots qui font frissonner,

D’autres nous font sourire

Ou encore rougir…

Mais qui peut rester indifférent

A ce concentré de vitalité

Ce désir brûlant de consumer

Une force indisciplinée

Le secret pour s’émanciper

Florence GAIN


Ardeur en archipel...

Ardeur en archipel

Main dans la main corps à corps

Au cœur d’un sable italien

La fièvre nous saisit fort

Une flamme vive en nous

S’allume tel un soleil

En train d’imposer ses coups

Désormais deux trimardeurs

Passent un vibrant quart d’heure

Didier CLERO


Échappée vitale...

Échappée vitale

Le peintre Courbet de sa palette a posé

de la terre de Sienne et du blanc cérusé.

Deux chevreuils surgissent d'un sous-bois hivernal,

irradiant la toile de leur chaleur animale.

Pleines d'effroi, les bêtes, le regard médusé,

s'élancent, bondissant loin du repaire glacé.

Au-delà de la peur, du danger ressenti,

palpite, dans leurs cœurs, l'ardent désir de vie.

Christine COURTIER


La vie est parfois...

La vie est parfois soumise à rude épreuve

A chaque fois, bouleversée, les gens s'en émeuvent

Rugir de colère, crier son mal, serrer des dents,

Dans son corps et sa chair, on est touché autant

Et tel un combattant on se prépare à l'œuvre

Ultime sacrifice contre cette pieuvre,

Rageusement, on se débat, alors on revit

L'ardeur de la vie pour vaincre ce mal à l'infini.

Odile LECLERC


Ode à la vie

Ode à la vie

Dans la ferveur d’un soir d’une longue veillée pleine d'espoir,

Je me surprends à rêver pour écrire la cadence d'une danse,

L’essentiel est comme un arc en ciel qui s’étire vers le ciel,

Et diffuse tout un ensemble de couleurs qui apporte le bonheur.

Ce n’est pas un orage, mais juste un moment de partage,

Le plaisir d’un jour de sourire qui séduit à tout âge pour

Revivre ensemble le passé des souvenirs bienheureux,

Sublimer l’instant présent, et s’exalter vers l’inconnu du futur.

Marie-Christine DUCREZ


L'ardeur

L'ardeur

L'ardeur comme point de départ,

L'ardeur sans trop y croire,

L'ardeur du soleil ou l'ardeur de la lutte

Voilà donc le sujet sur lequel je butte.

Est-ce à l'impétuosité qu'il faut s'intéresser ?

Ou à l'ardeur de vivre, de se passionner ?

Vibrer, explorer comme un nouveau-né,

Ici et maintenant, l'ardeur se conjugue au présent.

Karine DESCAZAUX


Le temps enflammé

« Le temps enflammé »

Des nuits d’insomnie parlent à mon cœur violenté

De désirs inachevés, trempés de colère

Les souvenirs vivants, colorés, romancés

Percutent mon âme tels un puissant tonnerre

Comment oublier et revivre encore une fois

Ce qui est mutilé, nous accable d’un poids ?

Un amour intense dévore nos états

Et de cette passion, une folie en naitra

Nous brûlons depuis de trop nombreuses années

Et ce feu terrifiant fait de nous des damnés.

Kévin LE BORU


Bataille ardente

Bataille ardente

Une voix qui résonne, un parfum entêtant,

Je me tourne, frissonne et m’affole un instant.

Ma passion se révolte et l’esprit vacillant,

Mes pensées virevoltent et valsent dans le vent.

La sagesse les vole, l’ardeur les reprend :

Je fonce, fends la foule et une fleur te tends.

Tu te troubles. Je me glace et pendant ce temps,

Mon âme tremble… tu m’embrasses, je me rends.

Gilles Moreau


Où vont tes pensées...

Où vont tes pensées, jeune femme rieuse,

à la maternité sur le berceau penchée ?

La peur et la joie mêlées me rendent songeuse,

Je vois dormir un inconnu pourtant renommé

Il fait battre mon cœur d’une nouvelle flamme

et demain peut-être fera couler mes larmes.

On me dit qu’il s’appelle : Amour

et c’est à lui que je viens de donner le jour.

Catherine AMIEL


Ariane et Solal

Ariane et Solal

Au début de l'histoire, tout ne fut que lumière.

Dans les feux de l'espoir, leurs âmes s'embrasèrent.

Au-delà des promesses, nuit et jour ils s'aimèrent

Le désir et l'ivresse comme seul univers.

Mais le temps est malice quand les cœurs sont offerts.

De délices en supplices, leur vie devint poussière.

Si l'Amour est chimère, il faut le courtiser

Cultiver l’éphémère sans jamais s'enfermer.

Marie-Line VIAL


Ardeur à la mode de chez nous

Ardeur à la mode de chez nous

Ardeur et Fureur,

Les vilains pourfendeurs

Des agents publics font peur :

Dépourvus de cœur

Mais la bouche en fleur,

Ils suscitent les pleurs

D’heure en heure

Des majeurs et mineurs …

Thierry DUFFY-GOUPY


L'ardeur

L'ardeur

Vagabonder, errer sans but quelques quarts d'heure

D’avantage me procure que quelque ardeur

Aucune autre raison ne me fait rimailleur

Mon esprit sans cesse désirant être ailleurs

Quand la vie, aride, ardue, toujours ardente

S'ingénie à me perdre sur la raide pente

Alors mon ardeur endormie, soudain consciente

Va hardiment étreindre cette vie démente

Franck KEMPF


Un feu me ronge...

Hurler la douleur !

Un feu me ronge, inexorable.

Il me brise et m’épuise.

J’ai passé des heures à te chercher.

Du ciel et de la terre, j’ai tout remué.

J’y ai mis toute ma fougue, ma jeunesse ;

Pour ma passion, point de paresse.

Hélas ! Ton mépris sera ma demeure,

Ton absence tel un venin dans mon cœur.

Guilaine LECOMTE


L'échelle

L'échelle

Tout son courage au service des êtres,

Il enrage sous le feu de la fenêtre,

Des badauds agglutinés, silencieux, émus,

Par l'effort donné vers ceux qui n'ont plus d'issue.

Son ambition, au service de lui-même,

Froid, grognon, il prépare son stratagème,

Collègues au cœur moins rude, gênés, trahis

Par la certitude de ce qu'il s'est promis.

Bruno DELFAU


L'horreur, l'ardeur

L'horreur, l'ardeur

Là-bas, dans mon pays, la guerre, l'enfer.

J'ai tout quitté, j'ai tout abandonné.

J'ai dérivé sur la frontière, l'enfer.

Dur chemin vers la folle liberté.

Ici, dans ce pays d'accueil, la paix.

J'ai retrouvé la vie, l'envie, l'ardeur.

Pouvoir vivre et pouvoir rêver de paix.

Enfin s'aimer et ne plus avoir peur.

Marie-Françoise Barreau-Delapierre


  • Partager avec un ami