Place des arts, association culturelle

logo_PDA_facebook.jpgPlace des Arts ce sont des livres, des CD, des DVD à emprunter, et aussi de la VOD, de la musique en ligne, des concerts, des dédicaces, du théâtre  ! Tout ça pour 25 euros par an !
Désormais le paiement en ligne est possible sur le site sécurisé.

 


  • Adhérez !
  • L’adhésion est de valable pour douze mois et ne coute que 25€

    Elle vous permet d'accéder à tout un ensemble de plaisirs culturels, parmi lesquels :

    • Vidéo à distance (VOD) : possibilité de visionner à domicile sur votre ordinateur ou votre téléviseur connecté sept films par mois (en savoir plus).
    • Musique en ligne : sur ordinateurs, tablettes et smartphones profitez du vaste catalogue de la plateforme MusicMe pro (en savoir plus)
    • Emprunt de livres : littérature française et étrangère, policiers et science-fiction, bandes dessinées enfants et adultes, livres pour enfants et adolescents, guides de voyages, e-book sur liseuses…
    • Emprunt de CD : musique classique, jazz, pop-rock, blues, labels indépendants…
    • Emprunt de DVD :comédies, drames, science-fiction, biopics, horreur, documentaires, dessins animés
    • Billetterie : bénéficiez de tarifs réduits sur certains spectacles : Opéra de Paris, la Philharmonie de Paris
    • Séances de dédicaces : soyez invité pour rencontrer des auteurs (écrivains, auteurs de BD, musiciens...) qui vous dédicaceront leurs œuvres

    Pour adhérer, remplissez ce formulaire avec vos coordonnés en réglant les 25€ de la cotisation annuelle par carte bancaire (via un site sécurisé de la Caisse des dépôts et consignation) [Nouvel adhérent, laissez vide la case N° d'adhérent]


  • Infos pratiques
Retour à l'accueil

Concours de poésie 2018 - les poèmes reçus

Vous trouverez dans cette rubrique l’ensemble des 49 poèmes reçus par le jury du concours 2019.

Pour faciliter la découverte, les poèmes sont présentés en deux pages.

Page 1Page 2

Bonne lecture !


Poèmes reçus page 1

Éclipse de lune

Cette nuit, sans un bruit,

la lune, du ciel, s’enfuit.

La terre abandonnée

reste seule à danser.

A quoi bon cette ronde

Sans son amie la blonde,

sa face ronde, sa clarté,

sa lumineuse beauté ?

Christine Courtier


La Beauté apostrophant le Jour et la Nuit

La Beauté, qui aimait trop à se pavaner,

S’en prit d’abord à la Nuit pour la chicaner :

« Ne crains-Tu pas l’aurore qui annonce Ta mort ?

Et Toi, le Jour, c’est le crépuscule qui T’oppresse :

Il Te fait disparaître sans peut-être renaître. »

« Oui… Nous mourons, mais Nous reparaissons, sans cesse.

Ecoute à Ton tour : profite du temps qui passe

Avant que Tes attraits, pour toujours, ne s’effacent. »

Bernard Zakia


La beauté c’est…toi

Subjuguante parfois, subjective toujours ;

Envoutante souvent, synonyme d’amour ;

Elle est tendre, elle est douce, rebelle ou bien sauvage ;

Indomptable, immortelle, sensuelle ou très sage ;

Mais quelle que soit sa forme, elle est à ton image ;

Car c’est bien dans tes mots, ton regard, ton visage ;

Ton sourire, tes caresses…elle me touche de ses ailes ;

Et je me sens si bien, et je me sens si…belle.

Nadège Charrie-BenoisT


Renard roux pat-pat

Sur la neige fraîche de janvier

Frisson étonné !

Métro matin gris

Rêveuse, la jeune fille sourit

Ah ! La belle journée !

Elle t’attend partout

Inutile de la chercher

Pascal Lignereux

 


La beauté

Beauté simple, beauté plurielle

Elle se transforme au fil du temps

Apparente au commencement

Universelle en tout lieu

Telle un fruit mûr

Elle se savoure dans l’âme

Nicolas Ségard

 


NISSAN *

Il m’a demandé si Nissan est venu frapper à la porte

Je l’ai caché sous mon manteau de peur qu’il ne me le prenne

Dans ma maison à lui je lui ai ouvert

Pour l’amour des hommes il sera toujours en mon cœur

Soleil de Teshrine**, Or nouveau

Grappes de raisins dorées, douceur du printemps retrouvé

Sur les toits de l’enfer, je n’ai pas vu l’été à son rendez vous

L’air l’a ramassé avant sur la ligne bleue du ciel et le chemin des abeilles.

* mois de l'année juive correspondant à mars avril dans le calendrier grégorien

** mois de l'année juive correspondant au mois de novembre dans le calendrier grégorien

Kerchaoui Samira


Une belle en quatorze

On la vit tous les jours, marchant d'un pas joyeux. Dans les rues de Paris, elle était si heureuse !

Une « belle de jour », aux yeux de ces messieurs. Au dire des maris, elle était amoureuse !

Et dans les yeux d’Étienne, un jeune réserviste, étaient de la douceur, du soleil à cueillir.

Qu'elle lui appartienne, et qu'il ne lui résiste ! Elle souhaitait de tout cœur à ses côtés vieillir.

Revivre une saison les plaisirs évanouis, quand la guerre fait rage aux moments si précieux.

Il vit la floraison de désirs épanouis, mais le temps porte ombrage aux instants délicieux…

Étendus dans les prés, alors qu'ils s'étreignaient, de passion éperdue, non loin du Sacré-Cœur,

Les visages empourprés, les amants s'éteignaient : plusieurs balles perdues les touchèrent en plein cœur !

Alexandre Gallo


La beauté

La beauté ce n’est rien, c’est un pied fuselé, une main oblongue, un regard pénétrant.

La beauté ce n’est rien, c’est une chute de rein taillée dans le granit à la courbe insensée.

La beauté c’est tes lèvres effleurées où se posent tes paroles comme s’y pose ton rouge.

La beauté ce n’est rien qu’un silence choisi au milieu du vacarme qui emplit mon esprit.

La beauté c’est ton charme dans les nuits de ma vie, la couleur de tes larmes quand tu ris.

La beauté c’est ta voix reflet de ta folie, cette infinie tendresse qui croise dans tes yeux.

La beauté c’est ce geste qui s’en va et qui vient, c’est le temps qui s’arrête au bord de ta vie.

La beauté c’est tout ça, c’est toi et puis c’est moi, c’est les autres parfois... les autres parfois...

Pierre Tronc


Musiques et couleurs bien avant toute chose

La Beauté dites-vous, bleu-nuit de l'ecchymose,

Là serrée, étranglée, la Beauté violacée

Viol assez ! Criez-vous de souffrance lassée

En blessure béante à jamais refermée

Avec pour seul espoir la Mort noire et glacée.

Marquées à l'enfer rouge aux poings et pieds liés,

La Beauté dites-vous... des femmes humiliées.

Jean-Philippe Sauvage


Qu'est-ce qu’ils sont beaux

Je n'en reviens pas, j'en serais presque ébloui.
Je suis là, je regarde, ce qui se trame dans la nuit.

Heureusement, les gens beaux gardent la place.
Bien au chaud, ils veillent aux pouvoirs en place.

Entre eux, les beaux se plaisent, se complaisent.
Leurs chemins jalonnés les remplissent d'aise.

Les laids peuvent attendre, ils ne sont pas admis

Par les beaux qui continuent leur manège sans soucis.

 

Ali Djeribi


La beauté

La beauté est seulement éphémère

Et peut parfois nous déstabiliser,

Mais il faut cependant garder les pieds sur terre

Car la beauté n’est qu’une idée.

Morale ou physique, l’extérieur n’est pas important,

Quand le sablier d’or s’écroule lentement

Les fleurs fanent, les fruits moisissent

Et les hommes vieillissent.

 

Agathe Boucansaud

15 ans


La beauté

Bonjour,  je m’appelle la Beauté

J’ai rêvé pendant des années pour vous rencontrer.

Mes beaux yeux se sont fermés.

Mes cheveux ondulés sur le sol se sont posés.

Je me suis relevée sur la pointe des pieds.

Pour ne pas réveiller ma sœur, la mocheté.

J’ai fermé ma bouche et je ne l’ouvre plus.

Romane Boucansaud

8 ans


3e prix

Assise ou à genoux, la beauté se dérobe

A nos yeux affamés, et seule une émotion

Plus forte que l’amour sait vaincre la raison.

Au plus fort du chaos et de notre amertume

L’injurier semble alors un remède à la brume

De nos vies de bohême, sans rime et sans mémoire.

Et pour presque un instant, nous goûtons le pouvoir

Et cette fiancée d’un soir quitte sa robe.

Frédéric Maurel


2e prix

Elle sort de l’entre-temps, parmi les fleurs, les champs.

Changeant parmi les vents qui effleurent son visage.

Nommée Madame par l’homme

Rarement cité de celle, qui la comparant au diable

Ouvrant sans feu ni flamme, la porte du printemps.

Pour donner un enfin qui vivra cent mille ans,

Aussi vêtue de blanc, nymphe éternelle,

Elle s’éteindra le jour où la nuit règnera.

Dominique Galle


1e prix

La beauté

De ce monde

Ne tient rien

Qu’à un fil

Tiens-le bien

Car il est

Plus fragile

Qu’une seconde.

Sophie Becquet


Beauté de l’un, laideur de l’autre

De quel côté pencher ?

Fugitive, transitoire, contingente,

La moitié de l’art, la moitié de l’autre 

Immuable ou fugitive beauté ?

Dans la modernité point de rente

Laideur pour l’un, beauté pour l’autre,

Relative, à partager.

 

Patrick MAGHIN


La Bottée

Il se murmure qu’un peintre l’aurait capturée,

Qu’un « sculpte heure » l’aurait libérée,

Qu’un architecte l’aurait enfermée,

Qu’un chanteur l’aurait vainement tutoyée,

Qu’un blogger l’aurait discrètement retouchée,

Qu’un « A cœur » l’aurait sauvegardée,

Dans mille et un visages et autant de paysages contemplés,

On raconte même que certains l’aurait inventée

 

Gilles DUMONT


Où vont tes pensées...

Cheveux lissés,

Regard dessiné,

Bouche pimpante,

Beauté envoûtante.

Sourire enjôleur,

Bienveillance, douceur.

Et, pour parfaire le tableau

Beauté du cœur.

 

Mikaël GUENNOU


La beauté

L’argent nous rend frileux ; et les plaisirs honteux.

L’amour et nos rêves ne sont que chimères.

Que donc nous reste-t-il qui vaille d’être vivant ?

Elle ne tient qu’à un fil ; ne dure qu’un instant.

La beauté du geste, la beauté de l’âme

La beauté d’un corps nu, la beauté des mots doux ;

Le cri d’un oiseau qui déchire le ciel gris

Grand bonheur ou douleur : sa force nous bouleverse.

 

Florence GAIN


Eternellement belle, maman

Ta peau abimée par le temps,

Tu marchais sans but lentement.

Voutée et cheveux grisonnant,

Je me souviens de ce moment

Fatiguée par tous tes tourments,

Tu vis dans les cieux maintenant.

Mais pour moi tu es cependant,

Eternellement belle, maman

 

Nathalie RICHE


La Beauté d’une amitié

Rayonnante tel le Soleil, elle est belle.

Pas un mannequin, pas une égérie,

Son sourire et sa joie illuminent les cœurs.

Amie telle une sœur, elle embellit ma vie.

Un jour je suis tombée sur elle : un cadeau du ciel,

Aujourd’hui comment faire sans elle ?

Ma vie en serait bien terne.

Rayonnante tel le Soleil, elle est belle.

 

Juliette SALAÜN


Beauté et beautés au féminin

Beautés blondes

Et beautés girondes

Mais pas trop rondes.

Beauté diaphanes

Et beautés ébènes

Mais pas malsaines.

Beauté perpétuelle

Des femmes, de la Femme.

Thierry Duffy-Goupy


Éternelle ou éphémère,

Elle s'affiche ou se devine.

Parfois singulière,

elle n'en est pas moins divine.

Elle a ce petit grain,

ou ce côté fatal,

qui, un de ces matins,

pourrait se faire la malle.

 

Fabrine MAILLOT


Marmoréennes

J’ai cherché partout la beauté

Traversé des lieux désolés

Enchaîné des colères passées

Et tu étais là éthérée

Ta chevelure toute ondulée

Pieds nus dans la glace de l’été

Tes yeux sur les miens figés

Nul besoin dès lors de parler

 

Arnaud DEVIENNE


  • Partager avec un ami